Défilé du 14 juillet 2013 - ou le paradoxe d’une France moribonde

 

Des extraits télévisés montrant faste et grandeur d’une France (pourtant moribonde) pour son défilé militaire de fête nationale le 14 juillet, que n’en a-t-on pas vus ! De ce paradoxe face à toujours plus de misère(s) – doublé d’une augmentation du nombre de milliardaires (paradoxe du paradoxe) –, j’ai publié il y a quelques jours une ‘phrase coup de gueule‘ sur un réseau social que je ne nommerais pas :

« Je ne regarderai probablement pas ; à quoi bon être fier de l’Armée - aussi honorable soit-elle - d’un pays où tout est laissé partir en déliquescence.. »

S’ensuivirent des commentaires passionnés quelque peu :

« moi, je serai scotchée devant la télé ; l’armée n’est pas responsable de la situation de la France. » Rosa

« C’est le moment de soutenir les institutions, Christophe. » Etienne

« soyons unis. » Rosa

Ma pensée était plus nuancée, même si aussi rigoureuse, voici comment l’ai-je « défendue » :

« Rosa, T E, Etienne et tou.te.s celles et ceux qui ont pu voir ma publication : je crois qu’il y a une grosse méprise sur mes propos, et peut-être me suis-je mal exprimé, sans doute même, je respecte énormément notre armée et particulièrement nos soldats en première ligne sur trop de fronts hélas dans le monde, pour en connaître plusieurs, ce n’est pas le problème, et oui très cher Etienne c’est le moment de soutenir les institutions, bien sûr, et l’Armée est bien celle dont on peut être le plus fier, avec la Cour des Comptes et le Conseil Constitutionnel, c’est à-peu-près tout ce qui continue de fonctionner dans le bon sens ; mais la vraie question c’est bien à quoi bon en être fier quand tout ce dont l’Etat - institution normalement suprême - est garant est champ de ruines (après la bataille) : économie, marché du travail, transition énergétique et écologique, logement, et j’en passe ..

L’Etat ne nous garantit plus ce qui nous est primordial, alors l’Armée peut bien être honorable et son matériel reluisant et clinquant, qu’importe pour moi, il n’en est pas de même de notre Nation qui fut un temps resplendissait jusqu’au beau milieu du Nouveau continent ; alors il faudrait que l’Etat fasse autant pour la splendeur de son économie et de son peuple que pour celle de son armée.. Après seulement je pourrai admirer notre Armée sereinement, sans être plus préoccupé par nos compatriotes qui souffrent toujours plus nombreux. »

Christophe Chusseau, citoyen démocrate engagé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>