Comment Charlie Hebdo s’est fait prendre au piège des intégristes

Buzz : Nom trop commun et pas très français désignant au moyen du bruit que fait la mouche autour de l’étron, un flot anarchique et anonyme de logorrhée diarrhéique, le plus souvent via internet, les « réseaux sociaux » et la télévision.

L’actualité, si l’on en croit le niveau de « buzz », s’inquiète du film l’innocence des musulmans et des réactions qu’il suscite. Charlie Hebdo a répondu à cette agitation factice par l’outrance irrévérencieuse. J’aime l’irrévérence, et avoue avoir tendance à blasphémer à tout va avec un certain plaisir. Seulement, cette fois, Charlie s’est  fait avoir et vient de se faire instrumentaliser.

Retraçons les fais dans l’ordre :

Evénement n°1 : Un film d’un goût douteux, présent sur Youtube depuis des mois, fait la une outrée de médias arabes ; un film crée par un ramassis de quelques extrémistes américains particulièrement idiots et obscurantistes.

Evénement n°2 : D’autres extrémistes, peu nombreux mais forts en gueule, s’empressent de soutenir l’objet du délit, tel Terry Jones, le pasteur bruleur de Coran.

Evénement n°3 : Encore d’autres extrémistes, du même genre, mais d’un autre bord, organisent des manifestations violentes ou posent des bombes.

Evénement n°4 : Sur ces entrefaits arrive Charlie Hebdo, qui met les pieds dans le plat.

Seulement voilà, Charlie Hebdo a cette fois dégainé trop vite.

De quoi parle-t-on exactement ?

D’une poignée d’intégristes faisant un mauvais film ouvertement raciste, dans le but de provoquer la haine, un film parmi la myriade de déchets nauséeux que comporte le web.

D’une autre poignée d’intégristes qui ourdissaient leurs armes pour l’anniversaire du 11 Septembre, et ont ressorti la vidéo pour l’occasion. Rappelons au passage que ces fous de dieu avaient annoncé des événements d’ampleur avant même la « sortie » du film.

Trop prompt à vouloir tirer à boulets rouges sur tout religieux par trop ostentatoire dans le paysage public, Charlie ne fait pas en l’occurrence la défense de la liberté d’expression, mais sert simplement d’instrument, malgré eux, seront « buzzés » par ces quelques fanatiques ou cyniques désireux d’une nouvelle guerre de religion. En réagissant de la sorte, Charlie a prouvé la terrible efficacité de l’arme médiatique entre les mains d’extrémistes sachant s’en servir.

Car il ne s’agit pas ici d’une vidéo tenant lieu de modèle, de manifestations généralisées, ou d’un débat de société, mais simplement, minablement de deux factions extrémistes religieuses qui s’invectivent et se répondent l’une l’autre, essayant de réveiller une vieille bête endormie avec la complaisance intéressée des médias à « buzz ». Et Charlie Hebdo, connement, naïvement de donner tant d’importance à ceux qu’ils combattent, et de tomber dans le piège grossier tendus par des hommes qui ne le sont pas moins.

L’erreur est humaine, la bêtise aussi.

Samuel ATLANI  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>