Réflexions sur une campagne insignifiante

Viande halal, permis de conduire, lunettes vertes ou noires… Nombre de commentateurs se sont effarés de l’inanité des sujets qui auront fait débat à l’occasion de cette campagne présidentielle « morne » et « insignifiante ». Ils en concluent volontiers que les Français, décidément, ne s’intéressent à rien et se comportent en « veaux », comme aurait dit notre dernier véritable homme d’Etat.

Et si c’était juste l’inverse ? Si les Français, par leur apparente indifférence, avaient en réalité manifesté un sens politique beaucoup plus profond qu’on ne le croit ?

Les Français, collectivement, ont la fibre politique. Je crois qu’ils ont parfaitement saisi et intégré quelques réalités très simples : qu’il faut s’attaquer à la dette nationale, que la France ne peut pas jouer perso dans une économie mondialisée et dans un système économique à acteurs multiples, qu’il est plus qu’urgent de réparer notre ascenseur social et de refonder notre pacte citoyen… Je crois qu’ils savent que, de gauche comme de droite, le président élu devra composer avec des forces multiples et naviguer entre les écueils. Je crois qu’ils se sont fait à l’idée que, bon gré mal gré, il n’y a guère qu’une seule route et que, d’où qu’il vienne, c’est cette route que le futur capitaine devra emprunter.

Je crois qu’ils savent que cette route ne se fera pas sur une mer étale. Qu’il y aura de la houle et du tangage. Et que là encore, bon gré mal gré, ils l’acceptent, attendant seulement du capitaine qu’il soit capable de limiter au maximum les inévitables dégâts.

D’où l’avalanche de sujets secondaires ou futiles, qui ne sont devenus sujets de campagne que parce que les Français, sans le dire, étaient d’ores et déjà d’accord sur l’essentiel et que celui-ci, du coup, n’avait plus à faire débat. Il s’agissait d’arbitrer non pas entre deux politiques, mais entre deux façons de faire la même politique, une politique à laquelle les Français donnent implicitement leur assentiment.

D’où le net échec d’un Bayrou qui, sans proposer de solutions concrètes, s’est obstiné à dénoncer à voix haute des réalités que les Français avaient déjà admises et intégrées. Le patron du MoDem a suscité l’intérêt lorsque, avec son « produire français », il a semblé apporter une proposition nouvelle ; mais dès qu’il est revenu à la seule dénonciation des problèmes, il n’a plus intéressé grand monde. Car les réalités qu’il dénonçait, la plupart des électeurs non seulement les connaissent, mais savent qu’elles s’imposeront au dirigeant élu et détermineront de toute façon une certaine forme de rigueur.

Les Français sont résolus à l’effort. Ils le savent inévitable. Leur seule exigence est que cet effort, demain, soit collectif et réparti de façon équitable. D’où les succès des extrêmes. La montée du FN traduit l’exigence d’un effort collectif, sans passe-droits ni communautés qui chercheraient à se désolidariser du corps social. La montée du FDG traduit l’exigence d’un effort équitable, auquel les riches et les privilégiés contribueraient effectivement à hauteur de leurs moyens.

Ce que manifestent l’indigence de la campagne et le silence des électeurs, ce n’est pas de l’indifférence, de l’apathie ou de la stupidité. C’est au contraire la conscience d’une solidarité et d’un effort nécessaires. Une nécessité si évidente pour les Français qu’il ne trouvent même plus utile d’en débattre. Parce que, pour eux, tout simplement, ça va sans dire.

Christian CLAMECY, auteur occasionnel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>