Incohérences politiques de nos gouvernants : le plan ‘algues vertes’

Alors que fin 2011 la SNCF modifiait environ 85 % de ses horaires, Jacques Auxiette, président du Conseil régional ligérien, accusait ouvertement Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, de préparer discrètement l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de passagers. Information impromptue que j’ai entendu sur ‘france 3 - Pays-de-la-Loire’ par hasard – celui-ci faisant parfois bien les choses -, me permettant une transition vers le sujet que je voulais traiter au départ, concernant également la dite ministre, plus précisément au regard de sa fonction se rapportant à l’écologie et au développement durable.

Sujet qui n’est pas sous les feux de l’actualité, mais qui y reviendra à partir du printemps, comme tous les ans, au retour de températures chaudes ; il s’agit des algues vertes. En septembre 2011, j’avais écrit un article publié sur le 8ème numéro du ‘Vent-Démocrate’ (mensuel politique des Démocrates vendéens dont je suis cofondateur), à propos de ces algues « tueuses », où je donnais, en quelque sorte, raison à Nathalie Kosciusko-Morizet attribuant dans une déclaration le 11 août 2011, la responsabilité de la prolifération des algues vertes, au moins pour une part, aux agriculteurs épandant sur les terres d’importantes quantités de matières azotées, soit d’origine pétrochimique, soit issues des élevages intensifs d’animaux. J’ai utilisé le terme ‘algues tueuses’ en référence au reportage ‘Algues vertes, algues tueuses, 2 ans après’ de l’émission ‘Envoyé spécial…la suite’, dans lequel, à ma grande surprise, j’ai appris que la ministre en charge de l’écologie, a signé en janvier 2011 un décret facilitant les extensions des élevages agricoles intensifs, en supprimant la contrainte aux éleveurs de demande d’autorisation en préfecture. Ce qui, selon les écologistes, ne fera qu’augmenter la concentration de lisier dans des zones où les sols sont déjà sursaturés en azote. Je partage bien sûr leur avis.

Drôle de politique de Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre du gouvernement Fillon, donc sous l’autorité du Président de la République, Nicolas Sarkozy ; alors qu’en janvier 2010, l’État établit un plan ‘algues vertes’ visant à limiter les quantités d’épandage de lisiers. Ceux-ci contiennent une forte concentration en azote, et polluent par conséquent gravement les terres, ce qui mène à ce problème sanitaire très préoccupant constitué par la décomposition des algues vertes. Suite à ce plan gouvernemental, il faut savoir que dans la majeure partie des nombreux prélèvements effectués dans la baie de Saint-Brieuc, zone très exposée aux pollutions de nitrates, les taux d’azote autorisés dépassent jusqu’à 2 à 3 fois la norme.

Christophe Chusseau, responsable de la Commission ‘Environnement’ du MoDem Vendée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>