Pour un moratoire mondial du « tout nucléaire ».

Cela signifie :

-    l’arrêt immédiat et définitif de tous projets et avant-projets de centrales nucléaires ;

-    la mise en sécurité et la décontamination des centrales en désuétude, suivi de leur démantèlement ;

-    le relèvement des seuils de sécurité des centrales nucléaires en activité (normes sismiques, risque de raz-de-marée, etc.), et en parallèle, développement des énergies renouvelables pour anticiper la relève ;

-    et soutien de la recherche dans le domaine des énergies propres du futur (à risques faibles et surtout, maîtrisables) rentables financièrement et en délai de mise en œuvre.

Erreur humaine, impondérables, l’imprévu est toujours possible. Un accident nucléaire majeur, signifie une région entière inhabitable durant des millénaires, de nombreuses victimes. Est-il raisonnable de prendre de tels risques ? Alors que nous pourrions produire rapidement suffisamment d’électricité autrement (méthanisation, hydrolien …), contrairement à ce que pense François Bayrou et nous disent tant d’autres.

Quant au projet ITER, basé sur le principe de la fusion nucléaire et non plus de la fission, s’il est vrai que moins de déchets radioactifs seront produits et ceux-ci l’étant plus faiblement, ils existent tout de même, contrairement à ce que l’on peut entendre régulièrement des gens affirmant, sans avoir approfondi les aspects scientifiques de cette technique très complexe, que cette future technologie sera sans risque et résolvant tous les problèmes d’ordre environnementaux. De plus, de l’aveu même de physiciens renommés, dont le prix Nobel de physique en 1991, de nombreux obstacles technologiques restent infranchissables dans l’état actuel des connaissances scientifiques, et le resteront probablement longtemps, en tous cas trop longtemps vis-à-vis de la demande énergétique à court terme et de l’investissement colossal que ces recherches engendrent. Le budget de ce gigantesque projet est actuellement estimé à 20 milliards d’euros, alors que l’estimé initial prévoyait un investissement de 10 milliards. Ce budget ne cessant d’augmenter, et sachant que les premières applications industrielles de production d’électricité par fusion nucléaire ne sont pas prévues avant 2050, à combien s’élèvera la facture finale de cette recherche à l’issue favorable incertaine, voire peu probable, selon certains spécialistes ?

Pour conclure, le site de Cadarache sur lequel est implanté ce réacteur expérimental, se trouve sur la faille sismique d’Aix-en-Provence – Durance, la plus active de France.

Je trouve inopportun, voire dangereux, que des femmes et hommes politiques apportent leur approbation ou désapprobation, concernant des sujets aussi importants, complexes et graves, que l’énergie nucléaire, dont ils ne connaissent pas les aspects technico-scientifiques, seulement par idéologie ; taxant les uns de « savants fous » voulant « mettre le soleil en boîte » et mettant la Terre en danger, les autres d’ écolos débiles refusant la modernité sous prétexte que l’on va mettre la biodiversité à mal et ignorant l’aspect économique, selon la tendance politique des locuteurs. C’est à la communauté scientifique d’apporter son avis, en exposant clairement avantages et inconvénients. Les décisions politiques devraient ensuite s’appuyer sur ces arguments scientifiques. Hélas, nous assistons régulièrement à la tendance inverse. L’État est garant de la sécurité de sa population, à ce titre, il devrait apporter davantage d’attention aux recommandations de prudence de certains scientifiques, même si ces derniers sont minoritaires ; en effet, la santé des personnes ne doit pas dépendre d’une simple équation mathématique.

Je ne me veux pas donneur de leçons, je ne prétends pas détenir La vérité, je ne suis pas non plus un homme de sciences ; cependant, depuis mon enfance, je me suis toujours intéressé aux nouveautés technologiques et aux avancées scientifiques. Poussé par ma curiosité, j’effectue des recherches en toute impartialité afin de me faire ma propre opinion. Cela fait plusieurs années que je me suis penché studieusement sur la technologie nucléaire, j’en connais ainsi la problématique. Le progrès est essentiel à l’Humanité, à condition que ce progrès ne vienne pas nuire à certains humains et à la nature, car l’on ne doit pas oublier que l’Homme « est au cœur de la nature et son destin en est indissociable« . Je suis porté par l’humanisme, seule considération nous permettant de garder les valeurs de modération, d’humilité et de  modestie, en toutes circonstances.

Christophe CHUSSEAU,

Fondateur et gérant du site Internet Nouvelles énergies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>