Bilan des élections européennes : analyse des probèmes structurels du MoDem et proposition de solutions « Générations Engagées

Bilan des élections européennes : analyse des probèmes structurels du MoDem et proposition de solutions

Un heureux évènement m’empêche d’être présent au Conseil national du 4 juillet : ce vendredi 3 juillet est arrivée au monde une merveilleuse petite fille dont je suis le papa !Il s’agit d’un immense bonheur !J’étais pourtant déterminé à prendre la parole (comme je l’ai d’ailleurs fait à plusieurs reprises) lors de ce Conseil national. En effet, la façon dont le Mouvement Démocrate a mené cette campagne, avec les résultats que l’on sait, mettent selon moi en lumière plusieurs problèmes structurels qui dépassent de simples “erreurs” de campagne. Ce sont ces problèmes que je souhaitais pointer du doigt en y proposant des solutions.Nous sommes en face d’un immense gâchis. Pour toutes les personnes qui se sont investies et mobilisées pendant des semaines ou des mois. Pour le MoDem bien sûr. Mais il y a plus grave : cette défaite représente aussi un gâchis pour le projet d’alternance que nous défendons, que nous croyons plus que jamais nécessaire pour notre société et les générations futures, et que ses pourfendeurs voient s’éloigner avec délectation.Je considère que l’analyse objective et dépassionnée de ces élections européennes doit servir d’électrochoc pour le MoDem et son leader. Cette prise de conscience permettrait de décider de mettre en oeuvre immédiatement des actions correctives et mobilisatrices fortes. De relancer l’élan et surtout la crédibilité du MoDem de 2007. Et je pense, encore une fois, que les enjeux se situent bien au-delà du MoDem lui-même.C’est la raison pour laquelle j’avais tant envie et même besoin de m’exprimer. “Générations engagées” me permet de le faire, et je l’en remercie.Le texte ci-joint est la transcription de l’allocution que j’avais préparée pour ce Conseil national du 4 juillet. Il ne s’agit donc pas d’un article classique, mais d’une transposition à l’écrit de formules et d’un ton adaptés à une intervention orale. Il peut en résulter pour le lecteur l’impression de passages plus virulents qu’ils ne le seraient dans une expression orale. Je tiens à souligner cette mise en garde, et à indiquer que je suis quelqu’un de particulièrement modéré et constructif. Ceux qui me connaissent le savent.
J’espère simplement et humblement , par ce partage d’analyse, de propositions, de formules et d’images, contribuer, avec d’autres, à cet “électrochoc” que j’appelle de mes vœux. Non pas un életrochoc autodestructeur, mais un électrochoc salutaire !
Lionel Lacassagne
Conseiller national de Rhône-Alpes

Je voudrais vous faire partager mon analyse, non pas des erreurs commises lors de la campagne, mais des raisons pour lesquelles ces erreurs ont pu être commises. Elles relèvent à mon sens de problèmes structurels au sein de notre mouvement. Je voudrais donc aussi formuler des propositions concrètes pour y remédier.

Quelles sont les raisons pour lesquelles ces erreurs de campagne ont pu être commises ?

Pour moi, il y en a 3 :

1/ François Bayrou travaille seul.
Franchement, François, combien de fois avez-vous réuni la Présidence pour définir et mettre en œuvre une stratégie et une tactique de campagne ? Un plan média ?
Ce problème est lourd de conséquences : si vous étiez aujourd’hui au pouvoir, comment feriez-vous pour gouverner, alors que vous ne vous y êtes pas préparé par un mode de gouvernance interne ?

2/ Les responsables du parti laissent François Bayrou travailler seul
Mesdames et Messieurs les Vice-Présidents, Mesdames et Messieurs les membres du Bureau éxécutif, pourquoi laissez-vous François foncer dans le mur ?
Mesdames et Messieurs les Présidents de Fédérations départementales, pourquoi avez-vous accepté sans rien dire, parce que Paris vous l’a demandé, pour certains d’entre vous, d’être candidat aux élections européennes alors même que vous n’avez pas fait acte de candidature ?
Bien sûr, on peut se moquer de Nicolas Sarlozy et de l’affaire Perol.
Mais… Où est la différence ?
Si nous avons ce mode de fonctionnement en interne pour des élections pour lesquelles la plupart des candidats ne sont même pas en situation éligible, que ferions-nous si nous étions au pouvoir, là, tout de suite, maintenant, avec de vrais enjeux ?
Nous ferions comme les autres…
Le Mouvement Démocrate s’est créé pour faire de la politique autrement, et, pour l’instant, nous faisons de la politique comme les autres…
Au fond, un parti politique, c’est comme une banque : on peut dire tout ce que l’on veut sur les banques ; de toutes façons, au bout du compte, pour sauver l’économie, il faut sauver le système bancaire. Donc, les banques font ce qu’elles veulent ! Barack Obama est d’ailleurs en train de l’apprendre..
Eh bien, un parti politique, c’est pareil : comme nous sommes en permanence en campagne électorale, comme nous devons soigner notre image, comme nous devons nous rassembler, le chef du parti peut faire tout ce qu’il veut : tout le monde se tait !
Sauf que nous voyons aujoud’hui les résultats… C’est donc un problème de fond, que nous devons résoudre.

3/ L’image selon laquelle François Bayrou serait l’homme providentiel, traversant le désert pour sauver la France.
C’est très beau. C’est même très poétique. Et je comprends, François, que cela vous apporte quelques saveurs.
Mais cela nous mène dans le mur. Cela nous mène tous dans le mur. Vous compris !
J’aimerais donc rappeler ceci : le Mouvement Démocrate n’a pas pour objet d’élire François Bayrou Président de la République en 2012.
Quel est l’objet du Mouvement Démocrate ?
Le Mouvement Démocrate a pour objet de concevoir et mettre en oeuvre un nouveau modèle de société, fondé sur les valeurs humanistes et démocrates, et reposant sur les 3 piliers du développement durable que sont la préservation de la terre et des ressources naturelles, le souci des générations futures et le partage équitable.
Cela, c’est la finalité.
Pour l’atteindre, nous avons besoin d’un leader.
Et ce leader, c’est vous, François !
En politique, il y a ceux pour qui la fin justifie les moyens. Ceux-là, nous les connaissons…!
S’il vous plaît, n’inventez pas un nouveau profil politique : celui qui confond la fin et les moyens…

Quelles sont mes propositions de solutions pour résoudre ces problèmes ?

Je formule 3 propositions :

1/ Instaurer immédiatement une gouvernance collégiale et visible dans les medias.
Les membres de la Présidence et du Bureau executif doivent être connus du grand-public.
L’électeur doit conaître d’autres personnes que François Bayrou au MoDem, tout comme il connaît d’autres personnes que les chefs de partis UMP et PS.

2/ Lancer l’opération « 1000 Talents ».
De quoi s’agit-il ?
Il s’agit de confier aux fédérations départementales la mission de détecter et de faire émerger les « talents » du MoDem.
Qui sont ces « talents » ?
Ce sont ces « visages nouveaux », ces « expériences nouvelles », ces « personnalités nouvelles »  que François Bayrou a annoncé vouloir « proposer aux Français » dans ses discours fondateurs de 2007, « pour que la vie politique française change d’attitude, de visage, d’allure, de pratiques, de principes et de manières d’être ».

3/ Préparer les élections régionales selon 3 principes forts
a/ Fixer des critères objectifs de sélection des candidats (compétences et expérience professionnelles, qualités humaines, capacité à mobiliser une équipe de campagne, capacité à incarner la ligne et le projet politiques du MoDem, l’implication au sein du MoDem,…)
avec une exigence préalable : le non-cumul de mandats à responsabilités : Maire, Adjoint, Vice-Président de Communauté de Communes, Conseiller Général (les mandats de conseillers municipaux sont tout à fait compatibles).
Pourquoi ?
2 raisons :
- Incompatibilité démocratique entre ces fonctions (problème du clientélisme, séparation des pouvoirs, disponibilité,…)
- Faire émerger nos talents et nos nouveaux visages !
b/ Confier l’élaboration des listes aux fédérations départementales (ce sont elles qui connaissent le mieux les candidats de leur territoire et qui ont la responsabilité de détecter les « talents »), et organiser une élection primaire régionale pour la tête de liste (double avantage de la visibilité externe et de la cohérence démocratique interne).
C/ Proposer un projet politique centré sur les compétences de la Région, et mettant en avant ce qui constitue l’identité et les valeurs du MoDem.
Pour ce faire :
Créer un « groupe projet régional » dans chaque région, qui coordonne et s’appuie sur les groupes départementaux existantes ou les commissions thématiques déparementales existantes.
Faire coordonner les différents groupes projets régionaux par les commissions thématiques nationales.

En conclusion :

Le MoDem doit prendre conscience de ses  problèmes structurels qui l’emmènent vers des défaites électorales ;
Notre expérience (tant interne que vis-à-vis des medias et des électeurs) des élections européennes doit servir « d’électrochoc » : des actions concrètes, visibles et mobilisantes doivent être menées immédiatement ;
Les Français (et européens) aspirent véritablement à ce fameux nouveau modèle de société et à  une nouvelle alternative politique : le MoDem s’est créé pour cela. Il a beaucoup d’atouts pour répondre à cette attente et la mettre en oeuvre !

Lionel Lacassagne
Conseiller national de Rhône-Alpes

Mots-clefs : , , , , , , , ,



6 commentaires sur “Bilan des élections européennes : analyse des probèmes structurels du MoDem et proposition de solutions”

  1. Domitille dit :

    Enfin, on parle de construction. Bravo Générations engagées de publier de tels posts. Nous sommes maintenant dans une deuxième phase où nous allons rassembler nos forces pour gagner et fairte gagner la France.

  2. Sylvain Canet dit :

    Plein de bonnes choses dans cette note. Je rajoute les propositions suivantes qui sont aussi de celles qui intéressent les démocrates et l’avenir d’un MoDem moderne :
    http://www.sylvaincanet.fr/2009/07/modem-les-propositions-du-lendemain.html

    …Et félicitations à l’heureux papa !

  3. Et félicitations pour la famille !

  4. Nemo dit :

    C’est à mon tour d’enrichir la famille des Démocrates !

    J’attends moi-même un heureux événement aujourd’hui !

  5. libre dit :

    “Le Mouvement Démocrate a pour objet de concevoir et mettre en oeuvre un nouveau modèle de société, fondé sur les valeurs humanistes et démocrates, et reposant sur les 3 piliers du développement durable que sont la préservation de la terre et des ressources naturelles, le souci des générations futures et le partage équitable.”

    Et pour que ce modèle de société soit mis en oeuvre, devienne réalité, il faut élire François Bayrou président de la république en 2012.

    Donc ceci :

    “le Mouvement Démocrate n’a pas pour objet d’élire François Bayrou Président de la République en 2012.”.

    n’est pas exact. C’est aussi un but à atteindre.

  6. Lionel Lacassagne dit :

    @libre

    Merci pour votre commentaire.

    Oui, l’election de François Bayrou est une étape-clé, que l’on doit viser comme un objectif. Mais elle ne constitue pas une fin en soi. Elle n’est rien d’autre qu’un moyen.

    Or, si l’on se focalise trop sur ce moyen au détriment de la véritable finalité du Mouvement Démocrate, le risque est grand de tomber dans la “politique politicienne”, et de désintéresser l’électeur (ainsi que les sympathisants-adhérents-militants), qui finit par se demander : “pour quoi faire?”

    Car ce dernier ne va pas élire une personne uniquement “pour ses beaux yeux”. Ce qui l’intéresse, c’est le projet politique et la qualité de celui ou celle qui l’incarne.

Laisser une réponse