« Le Nucléaire : Et maintenant ? » Ecologie et/ou Economie : quels choix possibles ?


La France est l’un des pays au monde le plus en pointe dans l’industrie nucléaire. Notre pays exporte ses produits, son savoir-faire et son expertise en la matière à travers le monde, si bien que le nucléaire fait partie des enjeux majeurs de notre balance commerciale à l’exportation.

Notre débat porte sur le choix du Nucléaire en France, sa sortie ou l’évolution de la politique énergétique. Il a été lancé dans le cadre des élections présidentielles, dans un contexte post-Fukushima.

Contexte :

Conséquence du 1er choc pétrolier, la France a fait le choix de porter une politique du nucléaire, dont l’objectif a été de se donner l’indépendance énergétique. Un peu moins de 80% de notre électricité vient aujourd’hui du nucléaire, ce qui permet au pays d’assurer sa consommation d’énergie et même d’en exporter.

Mais les catastrophes de Tchernobyl et plus récemment de Fukushima ont profondément bouleversé la vision sur le nucléaire et ont remis en cause la garantie sans risque de cette industrie et ont placé dans le débat la question sur son caractère « d’énergie propre ».

Quelle transparence de l’information ? Quelle gestion des risques liée aux installations nucléaires ? Quel lien entre la politique industrielle et les choix énergétiques formulés par les différents gouvernements ? Quel poids des lobbies ?

Au-delà du risque, c’est aussi l’entretien des centrales et des choix d’investissements qui se posent : Peut-on encore financer les réacteurs de 3ème et 4éme génération ? Existe-t-il aujourd’hui une véritable filière de l’entretien et du démantèlement des installations nucléaires ? Quelles solutions pour les déchets ? Peut-on encore continuer à enfouir ? la France sera-t-elle un jour leader mondial dans les filières de retraitement de déchets nucléaires ? Quel avenir pour l’emploi dans la filière nucléaire et dans sa sous-traitance ?

Fukushima a provoqué un électrochoc mondial, qui a contraint l’ensemble des pays du monde à mobiliser leurs industries et leurs autorités de sureté afin d’évaluer les risques pour chacune des centrales. En France, une des principales question est sur la durée de vie, voire de la fermeture rapide de certaines centrales, trop vétustes, qui se pose. Car le cas de certaines centrales, comme  Fessenheim, sont jugées ayant un risque trop important et il a été demandé pour celle-ci qu’elle soit définitivement arrêtée le plus rapidement possible.

Au printemps 2011, le Gouvernement français a missionné l’Autorité de Sureté Nucléaire en France la réalisation d’un audit sur la sécurité des 58 réacteurs nucléaires de notre territoire. Principale conclusion de ce rapport reprise dans cette dépêche : (Reuters) « La sûreté des centrales nucléaires françaises est suffisante pour qu’elles puissent toutes poursuivre leur activité, même si des investissements sont nécessaires pour prévenir des situations « extrêmes » ». http://www.franceinter.fr/depeche-pas-de-fermeture-de-centrale-nucleaire-preconisee-en-france

Pour la première fois en France, est évoquée d’une part le niveau de sureté des centrales, et d’autre part la nécessité d’investir sur le parc. Ce rapport donne un satisfecit à la fois aux antis et aux pro-nucléaires puisqu’il permet à tous de se prononcer sur la nécessité d’investir.

Mais pour les uns, dans le démantèlement et dans des énergies alternatives, alors que pour les autres,  il s’agit de financer la remise à niveau du parc existant.

En parallèle et dans la perspective de la Présidentielle 2012, le débat sur la sortie du nucléaire, qu’elle soit progressive, directe ou non, n’aura jamais été aussi dense dans la réflexion pour les politiques, comme l’opinion publique. Aujourd’hui la question du nucléaire est clairement posée, avec ses risques, comme ses opportunités.

Nous avons enfin dépassé le simple débat sur le caractère de progrès, d’excellence et d’indépendance énergétique pour le placer sur le terrain de l’impact stratégique, territorial et environnemental.

Dans ce contexte, la défense de l’emploi, qu’il soit direct ou sous-traitance dans le secteur du nucléaire, est par ailleurs devenu un argument de poids dans le débat pro/anti-nucléaire.

Objectifs du débat :

Le débat porte sur le choix du Nucléaire en France, sa sortie ou l’évolution de la politique énergétique. Il a été lancé dans le cadre des élections présidentielles, dans un contexte post-Fukushima.

Une sortie totale et rapide ? Une sortie progressive ? Pas de sortie mais un investissement massif dans la sécurité du parc nucléaire et la poursuite des projets en cours (EPR entre autres).        

Entre propositions, contre-propositions, interprétations, effets d’annonce, promesses, nous citoyens, nous avons un droit de regard et nous nous interrogeons sur les questions suivantes :

 

  • Notre indépendance énergétique est-elle réelle ou non ?
  • Le nucléaire est-il le seul facteur de développement économique et d’emploi sur les territoires ?
  • Devons nous tout faire pour conserver notre indépendance énergétique basée sur le Nucléaire ?
  • Peut-on opposer économie et écologie ou bien est-ce conciliable ?
  • Le nucléaire est-il le bon exemple pour l’illustrer ?
  • Quels enseignements tirer de Fukushima en France en matière de politique industrielle énergétique ?
  • La question de la transparence face aux risques et dans l’information, est-elle réellement abordée dans les rapports produits sur le nucléaire en France ?
  • Combien de temps faut-il pour arrêter une centrale ? Et quels sont les vrais chiffres sur le nucléaire ? Où en sommes-nous réellement ?
  • Le Nucléaire, une question strictement française, européenne  ou mondiale ?
  • Faut-il une stratégie européenne énergétique ?
  • Entre compléments et/ou substituts, quel mix énergétique pour quelles normes ?
  • Nouvelles énergies ?
  • Nouveaux comportements d’utilisation ?
  • Nouvelles normes énergétiques ?

Au-delà de la catastrophe nucléaire et environnementale, c’est aussi une catastrophe humaine et nous devions rendre hommage aux 50 « Kamikaze de Fukushima », ces volontaires qui se sont sacrifiés en intervenant au cœur du réacteur après son explosion pour éviter que la catastrophe empire.

Générations Engagées

Débat programmatique GE2012

Une réflexion au sujet de « « Le Nucléaire : Et maintenant ? » Ecologie et/ou Economie : quels choix possibles ? »

  1. Ping : Débat GE2012 mardi 21 février Nucléaire : et maintenant ? – Economie et/ou écologie : quels choix possibles ? | Générations Engagées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>