L’Europe face à la crise avec Marielle de Sarnez, Robert Rochefort, Bernard Lehideux et des membres de la liste Ile de France « Générations Engagées

L’Europe face à la crise avec Marielle de Sarnez, Robert Rochefort, Bernard Lehideux et des membres de la liste Ile de France

Près de 500 personnes ce mardi à Nogent s/Marne pour écouter Robert Rochefort, tête de liste dans le Grand Sud Ouest analyser cette crise qui frappe le monde entier comme une pandémie qu’on n’arrive pas à enrayer.
Mais de quelle crise s’agit-il ?
Hier la commission européenne a publié les dernières prévisions qui sont particulièrement mauvaises pour la France alors qu’on nous dit que nous serions moins touchés que les autres pays européens. En 2010, nous serons encore en récession avec un risque de 12% de chômage
Il faut savoir que cette crise revêt trois formes :
− conjoncturelle avec 8 millions de chômeurs et un plan de relance inefficace car national
− crise du pouvoir d’achat qui touche de plein fouet les classes moyennes
− crise morale avec un défi écologique à relever et un modèle de société à refonder

Quand ces trois crises se confondent, les Français se sentent victimes d’un choc qu’ils n’ont pas provoqué et attendent que nos dirigeants portent leurs efforts sur les points suivants :
− consolidation du système de protection sociale
− Préservation du service public
− Mise en place d’un système éducatif privilégiant la Recherche et l’Université
− Modernisation des institutions publiques

Comment répondre à la crise ?

Les Français demandent qu’on ne leur mente pas et qu’on leur propose un autre projet de société car derrière cette crise, la question qui se pose est celle du choix de modèle pour l’Europe. Après celle du marché et celle de l’Euro, doit se construire maintenant l’Europe des citoyens, une Europe qui tienne compte du besoin d’harmonisation fiscale et sociale.

Nous devons réconcilier les Français avec l’idée même de l’Europe

Les Français demandent qu’on ne leur mente pas et qu’on leur propose un autre projet de société car derrière cette crise, la question qui se pose est celle du choix de modèle pour l’Europe. Après celle du marché et celle de l’Euro, doit se construire maintenant l’Europe des citoyens, une Europe qui tienne compte du besoin d’harmonisation fiscale et sociale.

Nous devons réconcilier les Français avec l’idée même de l’Europe

le progrès économique n’a de sens que s’il s’accompagne d’un progrès social.
Les attentes des citoyens ne trouveront de réponse efficace qu’au niveau européen en faisant jouer la solidarité entre les peuples, les pays et les citoyens.
La relance doit être européenne et axée sur l’innovation, la recherche et le développement, en refusant absolument l’idée de décroissance prônée par certains Verts car elle n’est pas juste socialement et surtout inefficace économiquement.
Il et possible de faire une croissance qualitative et pourquoi pas de développer l’idée de « job options » en favorisant la croissance verte, la croissance numérique et la croissance durable.

L’avenir de l’Europe se trouve dans l’Europe de l’innovation, qu’elle soit en matière de recherche industrielle ou de gouvernance en faisant converger les intérêts économiques et les intérêts sociaux. Il n’existe par exemple pas de statuts européens des jeunes entreprises innovantes.
Substituons à la désillusion engendrée par le président de l’illusion, l’espoir auquel nous aspirons, en votant pour les candidats du Mouvement Démocrate qui sont les seuls à aimer l’Europe que nous voulons pour nos enfants.

Domitille MarbeauDomitille M.

Mots-clefs : , , , ,



Laisser une réponse