Newsletter
Inscrivez-vous à la Newsletter

Adresse mail:




Nos Positions Actu
Voir toutes nos positions

Téléchargements
Voir tous les fichiers

BlogRoll


Vos Commentaires
Ecrit par Mapie
Il est intéressant ce de point de vue de constater l'évolution du discours de F. Bayrou en ce qui concerne le positionnement. Dans Du Centre au Projet démocrate (été 2007), le problème posé était de p...

Ecrit par juste milieu
MIP , tu es effectivement angélique sur Georges Sarre , ancien maire du XIè, que je connais bien et qui donne fréquemment dans la surenchère sécuritaire. Le qualifier de gauche c'est historiquement v...

Ecrit par MIP
Merci Mohamed. GE continuera à mettre le paquet sur ce thème et sur d'autres, trop peu abordés par les partis politiques classiques !

Ecrit par Mohamed
Bien vu MIP, pour cette "vigilance orange"... J'espère que vous vous déciderez enfin à mettre le paquet sur ce thème, chez les jeunes notamment.

Ecrit par shadow
En fait, c'est nous, les pigeons de l'histoire, qui allons remplacer cette taxe professionnelle au travers de la taxe carbone qui va toucher gravement les Français dans leur vie quotidienne, enfin, je...



Libérez C.Reiss

Ajoutez-le sur votre site

-> Revenir à la page d'accueil



Tirer les enseignements de la crise : il n’est pas trop tard pour agir…
Catégorie(s) : Economie


A quelques jours de l’université de rentrée du Mouvement Démocrate, il n’est pas inutile de rappeler quels sont les défis économiques et financiers qui attendent l’Europe pour les mois à venir. D’autant plus que, à ce jour, le bilan de la gestion de la plus grave crise depuis 1929 n’a pas répondu aux attentes de nombre d’Européens. De cette crise, les décideurs politiques européens pouvaient en faire une opportunité. Or, le bilan est décevant : les mesures n’ont pas été suffisamment ambitieuses. L’Europe doit pourtant être pionnière et trouver les voies de son propre modèle de croissance et d’emploi. Le manque d’empressement des Etats-Unis à converger vers une nouvelle gouvernance économique mondiale ne saurait être un prétexte à l’inaction.

Une fenêtre d’opportunité existe encore et les vrais enseignements peuvent être tirés. Espérons que les gouvernements européens sauront agir. Après les élections législatives en Allemagne le 27 septembre, le couple franco-allemand pourrait jouer plus particulièrement un rôle moteur en ce sens.

En pratique, voici cinq directions où l’Allemagne et la France pourraient proposer des initiatives communes :

1. Soutenir des mesures communes face à la crise.
Tout nouvel effort doit se faire de façon concertée, plutôt que de façon unilatérale comme le propose Nicolas Sarkozy via son emprunt. Au sein d’un marché unique européen, les initiatives de relance fonctionneront d’autant mieux qu’elles seront coordonnées. Par quels moyens ? Un grand emprunt européen serait financièrement plus avantageux que la somme des emprunts nationaux. Dans quelle direction orienter cet emprunt ? Tous les programmes des principaux partis politiques européens au cours de la campagne de juin dernier ont insisté sur l’importance de soutenir les nouveaux vecteurs de croissance et d’emploi, celui des technologies de l’environnement, de l’efficience énergétique, des transports propres, du très haut débit… Les gouvernements allemands et français pourraient jouer un rôle fédérateur, en appelant en particulier les représentants des industriels, des PME et des institutions financières européennes (comme la BEI) à mieux travailler ensemble, à faire jouer les synergies et les économies d’échelle. Il en va ici de la compétitivité future de l’Europe.

2. Relancer le dossier de l’harmonisation fiscale, que les gouvernements n’ont pas été en mesure de rouvrir à ce jour. Plus que jamais la crise montre que les politiques de concurrence fiscale au sein de l’Union européenne sont plus nuisibles qu’avantageuses. Les pays qui ont voulu fonder leur avantage comparatif sur la fiscalité, comme l’Irlande dans la zone euro, sont particulièrement touchés par la crise. Leur modèle de croissance économique se fondant sur l’investissement étranger direct grâce à un faible taux d’impôt sur les sociétés est ainsi apparu particulièrement vulnérable. Une fiscalité juste et économiquement efficace n’est-elle pas souhaitable ? Il faut relancer le projet de faire converger progressivement les impôts dont les taux diffèrent au détriment de l’économie européenne, comme l’impôt sur les sociétés et la fiscalité de l’épargne.

3. Elaborer une charte économique et financière européenne pour remettre la finance au service de l’économie réelle. Les mesures envisagées jusqu’à ce jour sont un minimum. L’Europe devrait élaborer une véritable charte des principes fondamentaux de régulation de la finance, qui aurait une valeur juridique contraignante pour tous les établissements financiers. Cette charte proposerait des mesures plus ambitieuses sur la suppression des paradis fiscaux, la nécessité d’instaurer une véritable autorité régulatrice européenne, l’obligation de réguler tous les acteurs financiers, la séparation des métiers bancaires et financiers, ou encore l’encadrement des bonus des traders (en renforçant par exemple les fonds propres des banques en fonction des risques plutôt qu’en différant seulement, comme cela vient d’être annoncé, le paiement des bonus). Pourquoi ne pas aussi unifier les bourses existantes européennes au sein d’une seule bourse au service de l’intérêt collectif européen ? Commençons par les bourses allemandes et françaises.

4. Rendre plus solide la gouvernance économique européenne, à commencer par celle de la zone euro, et indiquer les voies de redressement des finances publiques, particulièrement en France. Les pays de la zone euro doivent examiner ensemble les moyens de mieux coordonner les politiques budgétaires. Les premiers mois de la crise l’ont montré : la zone euro est fragilisée par la situation financière préoccupante de certains Etats. L’un des premiers enseignements est donc bien qu’il faut adosser au transfert de la souveraineté monétaire une politique économique commune. L’Allemagne et la France pourraient appeler à la mise en œuvre d’instruments d’action nouveaux comme une ligne de crédit adossée à la BCE, un Fonds monétaire européen, qui pourrait venir en aide aux Etats membres défaillants au sein de la zone, ou encore une agence européenne d’émission de la dette publique pour réaliser des emprunts européens. Bien sûr, la France ne sera pour sa part crédible que si elle annonce en parallèle un plan de redressement des finances publiques fondé sur des mesures solides et convaincantes. Son endettement est sur le point d’atteindre des niveaux records. Plus le pays attend plus la spirale financière sera difficile à maîtriser.

5. Enfin, les gouvernements allemands et français pourraient appeler l’Union européenne à parler d’une seule voix dans les organisations économiques internationales, comme le FMI ou la Banque mondiale. La mesure peut paraître symbolique, mais elle serait particulièrement forte. Elle constituerait le signal de la volonté de l’Europe d’œuvrer pour une nécessaire nouvelle gouvernance économique mondiale. Une gouvernance plus régulée en confiant, par exemple, au FMI le rôle effectif de surveillance systémique mondiale, ou en dotant l’Organe de règlement des différends de l’OMC du pouvoir d’arbitrer non sur la seule base des règles économiques concurrentielles, mais aussi en fonction d’impératifs environnementaux et sociaux.

Voilà quelques pistes d’action. La réflexion de Générations Engagées devrait, je n’en doute pas, en susciter de nombreuses autres.

Stéphane Cossé


Liens: n/a
Rédigée par Stéphane Cossé - 31.08.2009 - 18:00
Partagez-le : 


Commentaires



Cliquez-ici pour poster un commentaire


Ordre: Sort ascending   
#2 Ecrit par Orman le 01.09.2009 - 14:56 quote
Partage :


D'accord avec vous pour ne pas vouloir tomber dans des réglementations tatillonnes et étouffantes. C'est d'ailleurs à mon avis l'un des principaux reproches que les citoyens des divers pays font à l'UE, lorsqsue par exemple elle prétend interdire la fabrication artisanale de boissons alcoolisées qui est une tradition plus que tricentenaire dans certains pays d'Europe centrale, ou lorsqu'elle veut réglementer les apparaux de pêche en bateau de plaisance depuis le sud de l'Italie jusqu'au nord de l'Ecosse...

Cela dit, il est tout de même souhaitable que certaines harmonisation "fondamentales" soient faites. Par exemple, c'était une c... majeure de créer l'espace Schengen AVANT de créer un service unifié de police et une véritable collaboration européenne des justices. Le résultat, c'est que, en toute logique libérale, les trafiquants ont profité à plein des facilités de transport transfrontaliers, tandis que polices et justices locales restaient empêtrées dans les obligations administratives de l'avant-Schengen !

De même, la logique libérale imposée par la commission Barroso ne me paraît pas forcément la meilleure chose du monde. Certes, la concurrence "libre et non faussée" a de nombreux effets positifs, mais elle a aussi des effets négatifs, notamment en termes de service public dans les zones à faible rentabilité. Autant dire que la privatisation de La Poste, par exemple, ne me paraît vraiment pas urgente ! Un système de contrôle étatique ou à tout le moins d'orientation, à l'échelle européenne, est certainement l'un des meilleurs moyens pour obtenir que les divers de pays de l'UE fonctionnent en synergie et non en concurrence. Sous le contrôle, évidemment, d'un Parlement aux pouvoirs renforcés.

 
 
#1 Ecrit par Le libéralisme pour les débutants le 01.09.2009 - 08:33 quote
Partage :


C'est assez effrayant tout ça.

Est ce que vous réalisez que toutes vos idées vont vers davantage de contrôle étatique, davantage de centralisation et un culte immodéré pour une puissance planificatrice et omnisciente ?
L'URSS n'a pas marché et vous voulez la reconstruire par petite touche ?

Et si vous faisiez confiance aux gens ? Avec des lois simples leur laissant le plus de latitude possible dans leurs décisions au lieu de fantasmer sur des graaandes organisations pilotant l'économie.

L'Europe c'est aussi construire sur des principes libéraux, c'est ce qui a fait sa force.

 
 
Votre commentaire
Nom:
Email:
Site web:
Code de sécurité
06881
IP: 67.202.41.3
Options: • HTML activé • BBCode activé; • Smileys activés
Dernière Vidéo
Voir toutes nos vidéos

Recherche



Articles par Auteurs


Cartographie GE
     Retrouvez-nous partout !
Voir toute la cartographie

Partenaires