Newsletter
Inscrivez-vous à la Newsletter

Adresse mail:




Vos Commentaires


Nos Débats
Voir tous nos Débats

Téléchargements
Voir tous les fichiers

BlogRoll


-> Revenir à la page d'accueil



Femme de soldat
Catégorie(s) : Société

J’ai une pensée pour ces femmes qui doivent partager leur homme avec la France.


Elle te prend l’essentiel de sa vie, l’envoyant un peu partout à travers le monde, et ne te laisse que les miettes de quelques week-ends et de vacances, histoire qu’il se retape un peu avant de le faire repartir crapahuter je ne sais où.


Tu pourrais te consoler en pensant que cette maîtresse l’aime plus que toi. Mais tu sais qu’elle pensera toujours qu’il n’en fait pas assez, qu’il ne faut pas lui faire confiance, et qu’il faut le cacher car il fait honte. Tu sais aussi qu’elle est pingre. Empêtrée dans l’incompétence et les magouilles de son administration, elle ne lui donne pas l’équipement nécessaire pour mener sa mission. Et c’est à lui d’acheter son gilet pare-balles et ses chaussures car le matériel fourni ne correspond pas aux besoins.


S’il vient à mourir loin de chez lui, cette amante dédaigneuse ne se contente pas de te prendre sa vie. Elle te prend aussi sa mort. Et tu dois supporter toutes ces commémorations officielles, à regarder hébétée le jeu des professionnels de la politique, anxieux à l’idée de gagner 2 points de côte de popularité. Ils s’accaparent ton homme. Ceux qui l’ont envoyé là-bas t’assurent de leur soutien alors que tu sais bien qu’ils n’ont pas fait ce qu’il fallait pour qu’il soit encore en vie. Les autres se demandent ce qu’il y faisait, en ne proposant pas d’autres alternatives que de laisser les populations afghanes livrées à leur sort. Et on se sert de lui pour polémiquer sur des histoires de défilé du 14 juillet.


Et tu dois subir les regards gourmands, brillants de curiosité malsaine, des journalistes se demandant si tu n’es pas trop malheureuse. Et encore et toujours les flonflons militaires d’hommages qui n’en finissent pas.


Après ce déchaînement de bruit et de fureur, sa maîtresse détournera son regard vers d’autres préoccupations : les dettes, la pluie, les agences de notation, le tour de France. Et elle te laissera seule, le cœur lessivé, remplir la paperasserie avant d’imaginer une autre vie.






Peut-être te demanderas-tu pourquoi. Je suis incompétent en la matière. Mais, durant ces hommages, j’ai vu des hommes qui croient sincèrement qu’ils vivent et meurent pour quelque chose de plus grand qu’eux. Ce sont les derniers mystiques laïcs. Rien que pour cela, ils méritent d’exister. Et je prie pour qu’ils aient raison.


Frédéric Descos


Liens: n/a
Rédigée par Frederic Descos - 02.08.2011 - 10:21
Partagez-le : 


Commentaires



Cliquez-ici pour poster un commentaire


Ordre: Sort ascending   
#10 Ecrit par republica le 26.08.2011 - 18:12 quote
Partage :


Merci pour ce beau post et pour ce commentaire tellement vrai :
"ils m'ont donné l'impression collectivement qu'ils vivaient et mouraient pour un idéal plus grand qu'eux, et que cet idéal était la grandeur de la France (ou quelque chose d'approchant).

Quelque part, c'est penser que la France, c'est quelque chose de beaucoup plus grand que la somme des individus qui la compose, et que cela vaut la peine de donner sa vie pour ça. Et je crois qu'ils le font volontairement, sans se plaindre. C'est en cela que je les trouve sont admirables, moi petit fonctionnaire plutôt antimilitariste."

Et ne mélangeons la géopolitique mondiale avec le fait des hommes, et pas uniquement des Français, risquent leur vie tous les jours aux ordres de ceux que le peuple français a élu.

La guerre est haissable et les les militaires le savent mieux que les autres.

 
 
#9 Ecrit par Fred DESCOS le 12.08.2011 - 17:00 quote
Partage :


Vous avez raison, l'Histoire jugera.

 
 
#8 Ecrit par Sylvain JUTTEAU le 09.08.2011 - 15:06 quote
Partage :


Fred DESCOS Ecrit:

Il reste une question démocratique: ces soldats n'y sont pas allé de leur propre chef, répondant à une simple fantaisie de militaire (pour plagier Bashung). Ils y ont été envoyés par un gouvernement de gauche avec un président de droite. Autant dire qu'il y a eu un consensus national sur le sujet. Les morts faits là-bas sont donc de la responsabilité de la nation toute entière et non de ceux à qui on demande de faire le sale boulot.


Sauf votre respect, je rejette la responsabilité que vous voudriez faire porter sur mes épaules en tant qu'élément de cette "nation". Soit vous me déclarez apatride, soit vous considérez qu'il s'agit de décisions issues d'une sphère politique détachée de la "nation". Ne trouvez-vous pas au demeurant que ce détachement est de plus en plus manifeste ?

De grâce, je ne souhaite en aucun cas être associé à ces horreurs.

Libre à vous de considérer qu'il est juste d'employer des moyens militaires. Mon point de vue est différent. L'Histoire jugera.

Bien cordialement.

 
 
#7 Ecrit par Fred DESCOS le 04.08.2011 - 15:01 quote
Partage :


Je comprends bien votre point de vue aussi, et tout n'est pas blanc ni noir. Et je suis bien d'accord qu'une mort afghane est tout aussi tragique qu'une mort française, et que 1000 morts afghans constituent une tragédie mille fois plus importante qu'un mort français.

Toutefois:
1/ la France n'est pas en Irak
2/ l'attitude des soldats américains vis à vis des populations locales est bien plus contestable et bien moins respectueuse que celle de l'armée française
3/ les morts afghans sont pour une grande majorité causés par les afghans eux-mêmes. Si les armées occidentales n'étaient par intervenues, combien y en aurait-il? Et combien y en aura-t-il après leur départ? Se souvient-on de la condition des femmes en Afghanistan avant l'intervention de la coalition?

En tous cas, la mystique laïque dont je parle n'est pas une idéologie basée sur le massacre des populations locales comme vous semblez le suggérer. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de débordement, de moments de panique ou d'erreur. Mais l'armée française (et je ne parle que de cette armée-là) n'est la cause d'une infime minorité des morts civils.

Il reste une question démocratique: ces soldats n'y sont pas allé de leur propre chef, répondant à une simple fantaisie de militaire (pour plagier Bashung). Ils y ont été envoyés par un gouvernement de gauche avec un président de droite. Autant dire qu'il y a eu un consensus national sur le sujet. Les morts faits là-bas sont donc de la responsabilité de la nation toute entière et non de ceux à qui on demande de faire le sale boulot.

 
 
#6 Ecrit par Sylvain JUTTEAU. le 04.08.2011 - 06:04 quote
Partage :


Oui, je comprends votre point de vue.

Il est donc utile de preciser aussi qu'un tiers de la population d'Irak a fui son propre domicile, pour mieux mettre en lumiere ce que vous ecrivez.

Si l'Arabie Saoudite avec l'appui de la Ligue Arabe attaque la France au motif - reel celui-la - que la France est le premier exportateur d'armes par habitant, tue 600.000 civils, entraine le deplacement d'un tiers de la population, et detruit toutes les infrastructures, que penseriez-vous de la "mystique" qui serait invoquee a l'appui de cette attaque ?

Quand un ideal officiellement "democratique" permet de tuer en Irak plus de 600.000 civils en trois ans, n'est-il pas prudent d'exercer son discernement sur la nature de l'emotion qui peut etreindre la masse lors de l'enterrement de l'un des tueurs ?

Avec certes une etendue plus reduite, le schema est similaire pour l'Afghanistan.

Bien cordialement.

 
 
#5 Ecrit par Fred Descos le 03.08.2011 - 20:27 quote
Partage :


En fait, je voulais juste dire que, pour les avoir vu de près à l'occasion de l'enterrement d'un des leurs, ils m'ont donné l'impression collectivement qu'ils vivaient et mouraient pour un idéal plus grand qu'eux, et que cet idéal était la grandeur de la France (ou quelque chose d'approchant).

Quelque part, c'est penser que la France, c'est quelque chose de beaucoup plus grand que la somme des individus qui la compose,et que cela vaut la peine de donner sa vie pour ça. Et je crois qu'ils le font volontairement, sans se plaindre. C'est en cela que je les trouve sont admirables, moi petit fonctionnaire plutôt antimilitariste.

A mon sens, le totalitarisme, c'est lorsque l'État oblige chacun de ses citoyens de vivre et de mourir pour lui. Mais ce n'est pas le sens de mon propos.

 
 
#4 Ecrit par Sylvain JUTTEAU le 03.08.2011 - 17:07 quote
Partage :


...la "mystique laique" ...

On peut dire par exemple que les deux principaux socialismes du XXeme siecle, le socialisme national allemand, et le socialisme sovietique, ont nie la transcendance et idealise un modele de societe au point que ce modele est qualifiable de "mystique laique".

D'ailleurs, autant une perception differente de la transcendance est un facteur de conflit, autant l'absence de crainte a l'egard de la dimension transcendante autorise toutes les intemperances et place au surplus la mort comme un absolu indepassable et fascinant.

 
 
#3 Ecrit par Sylvain JUTTEAU le 03.08.2011 - 17:03 quote
Partage :


...la "mystiaue laique" ...

Les massacres les plus intenses de l'Histoire se sont produits au XXeme siecle, du fait de regimes qui placaient au dessus de tout un ideal de societe cree par l'Homme, et qui niaient la dimension de transcendance.

Autant la perception differente de la transcendance est un facteur de conflit, autant l'absence de crainte a l'egard de la dimension transcendante autorise toutes les intemperances et place au surplus la mort comme un absolu indepassable et fascinant.

On peut dire par exemple que les deux principaux socialismes du XXeme siecle, le socialisme national allemand, et le socialisme sovietique, ont nie la transcendance et idealise un modele de societe au point que ce modele est qualifiable de "mystique laique".

 
 
#2 Ecrit par Sylvain JUTTEAU le 03.08.2011 - 17:02 quote
Partage :


...la "mystiaue laique" ...

Les massacres les plus intenses de l'Histoire se sont produits au XXeme siecle, du fait de regimes qui placaient au dessus de tout un ideal de societe cree par l'Homme, et qui niaient la dimension de transcendance.

Autant la perception differente de la transcendance est un facteur de conflit, autant l'absence de crainte a l'egard de la dimension transcendante autorise toutes les intemperances et place au surplus la mort comme un absolu indepassable et fascinant.

On peut dire par exemple que les deux principaux socialismes du XXeme siecle, le socialisme national allemand, et le socialisme sovietique, ont nie la transcendance et idealise un modele de societe au point que ce modele est qualifiable de "mystique laique".

 
 
#1 Ecrit par Sylvain Jutteau. le 03.08.2011 - 07:41 quote
Partage :


Pendant les trois premieres annees de la guerre d'Irak, il y a eu 33.000 militaires de la coalition qui sont morts, et 655.000 civils irakiens (dont 601.000 de mort violente) selon la revue medicale The Lancet.

L'expression "mystique laique" est adequate.

 
 
Votre commentaire
Nom:
Email:
Site web:
Code de sécurité
IP: 207.241.237.229
Options: • HTML activé • BBCode activé; • Smileys activés
Le dessin de Biassu

Voir tous les dessins

Dernière Vidéo
Voir toutes nos vidéos

Recherche



Articles par Auteurs


Partenaires