Newsletter
Inscrivez-vous à la Newsletter

Adresse mail:




Vos Commentaires
Ecrit par Sylvain JUTTEAU
[quote=republica]Peut-on vraiment décrire tous les cas de détresse en deux alinea ? Prend-on vraiment une décision d'avortement comme une décision de suivre un régime ? N'en reste-t-il pas toujours qu...

Ecrit par Sylvain JUTTEAU
@ Jean Pierre Benais Merci pour ce texte ! Je vous propose aussi d'intégrer dans ce bilan le fait que la modification de TVA est un changement des règles du jeu, ce qui perturbe les prévisions....

Ecrit par Sylvain JUTTEAU
@Christian Romain Oui, oui, c'est tout à fait vrai. On peut déduire des chiffres qu'il présente qu'il voulait parler de "service de la dette", et non pas de "charge de la dette". Je me range à votr...

Ecrit par Ch. Romain
@ Sylvain J'avoue ne pas m'être trop intéressé à la vraisemblance financière du récit. Il y a beaucoup de choses peu vraisemblables dans son histoire, de toute façon. Pa contre, vous confondez "...

Ecrit par Sylvain JUTTEAU
@ Christian Romain L'auteur décrit les bienfaits supposés d’une sortie de l'€ et de la suspension pendant cinq ans du paiement des emprunts, moyennant un coup d’Etat militaire préalable… Merci ...



Nos Débats
Voir tous nos Débats

Téléchargements
Voir tous les fichiers

BlogRoll


-> Revenir à la page d'accueil



Du nouveau sur le projet des Deux Îles
Catégorie(s) : Développement durable

Le Conseil général de Vendée change d’avis concernant le projet d’un parc éolien offshore entre les îles de Noirmoutier et d’Yeu, l’acceptant avec 27 votes et 4 abstentions. Le changement de présidence du dit Conseil, n’est sans doute pas étranger à cette décision du 22 avril dernier en faveur de la mise en œuvre de ce projet faisant cette fois-ci consensus unanimement. Le Département vendéen était la seule instance à avoir émis un avis négatif, à l’initiative unique de Philippe de Villiers, à l’époque encore Président du Conseil général. Mr de Villiers avait décidé ainsi de l’abandon du projet, contre tous les autres avis, ce n’était pas une grande preuve de démocratie ! Ce que d’ailleurs tendrait à corroborer avec l’existence de la fameuse lettre émanant de Nicolas Sarkozy qui s’adressait à Philippe de Villiers, où le Président de la République cédait en quelque sorte au caprice du tout-puissant Président du Conseil général de la Vendée, qui ne désirait pas voir apparaître une centaine de mâts au large de "son" département. Probablement un retour d’ascenseur suite au soutien en 2007 de Philippe de Villiers au candidat Sarkozy à la Présidentielle. Quoiqu’il en soit, la gouvernance de Bruno Retailleau, nouveau Président du Conseil général, semble rompre avec le système arbitraire dont Philippe de Villiers était assez coutumier. Deuxième bon point pour Monsieur Retailleau, quand on considère sa décision de réduire les dépenses de communication du département. Le virage est amorcé, espérons le franchir entièrement, sans dérapage(s) !

Du point de vue technique, le nombre d’éoliennes du futur parc offshore des Deux îles, passera de 120 initialement prévues à 96 machines. Ce qui représenterait tout de même la consommation d’électricité de 680 000 foyers, soit 576 mégawatts, à peine moins que la production envisagée du premier projet, puisque dans le même temps la puissance unitaire installée passera quant à elle de 5 à 6 MW. Dans mon article précédent déjà consacré au projet des Deux îles, et dans la perspective où ce projet était annulé, je parlais de l’occasion d’explorer d’autres méthodes de production d’électricité de source d’énergie marine. À présent que celui-ci est finalement soutenu par le Conseil général, cela n’empêche pas, en plus, d’étudier des formes novatrices ou d’être précurseur dans la mise en application de certaines nouvelles technologies, je pense notamment aux hydroliennes installées au large de Paimpol dans le cadre d’une expérimentation. Si celle-ci est concluante, la Vendée pourrait s’investir dans ce nouveau type de production électrique, surtout sachant que nous dépendons en partie de la centrale de Cordemais en Loire-Atlantique qui fonctionne au fioul et au charbon. Le rivage vendéen s’étend sur 276 km, permettant ainsi l’installation de plusieurs parcs maritimes en des lieux stratégiques. D’ailleurs, Bruno Retailleau pense associer une future unité de dessalement d’eau de mer, très énergivore, au parc éolien ; ce qui paraît une idée judicieuse quand on pense qu’au cours des années de sécheresse, l’île d’Yeu se trouve en pénurie d’eau potable en saison estivale, obligeant à l’affrètement de bateaux-citernes transportant de l’eau douce du continent. Pourtant, cette solution restera quand même très coûteuse, on peut alors se poser la question d’une consommation d’eau en inadéquation avec la surface du territoire vendéen, à l’instar de la population habituelle de Saint-Jean-de-Monts d’environ 15 000 habitants, et de 130 000 en haute saison touristique.

Il était temps

L’appel d’offres national pour les candidatures d’implantation des premières fermes marines d’éoliennes en France, débute ce mois-ci et se terminera en novembre prochain. Le projet vendéen des Deux îles sera le sixième de cette première tranche de mise en œuvre de parcs éoliens offshore. Tranche initialement prévue pour 5 projets ; seulement, le retrait du projet vendéen en 2010, avait donné lieu à son remplacement pour un autre candidat qu’on ne va tout de même pas retirer pour un revirement de la part de la Vendée. Espérons que cette situation changeante ne nous jouera pas un mauvais tour !

Christophe Chusseau, cofondateur du VentDémocrate

Liens: n/a
Rédigée par Christophe Chusseau - 20.06.2011 - 09:30
Partagez-le : 


Votre commentaire
Nom:
Email:
Site web:
Code de sécurité
IP: 207.241.237.229
Options: • HTML activé • BBCode activé; • Smileys activés
Le dessin de Biassu

Voir tous les dessins

Dernière Vidéo
Voir toutes nos vidéos

Recherche



Articles par Auteurs


Partenaires