Newsletter
Inscrivez-vous à la Newsletter

Adresse mail:




Vos Commentaires
Ecrit par Sylvain JUTTEAU
[quote=Raphael]Bien sûr, celà ne se décrète pas par un claquement de doigts ni par un énième emprunt, mais par des réformes plus profondes notamment pour relancer l'appareil productif (politique de l'...

Ecrit par Sylvain JUTTEAU
[...]ontre les marché[b]S[/b][...] Franchement, cela décrédibilise l'article...

Ecrit par Raphael
La rigueur, c'est la solution père fouettard. Si on va trop loin, on fait courir un risque social très important (émeutes, hausse des extrêmismes etc..) et on risque d'accentuer la récession. La s...

Ecrit par Sylvain JUTTEAU
[quote=Fred DESCOS] les grecs n'ont pas d'autres choix que de réduire leurs dépenses et d'augmenter les taxes, tout simplement parce qu'il n'y a plus d'argent.[/quote] Il y a un problème dans cette...

Ecrit par Sylvain JUTTEAU
La solution qui consiste à faire quelques baisses spectaculaires et à augmenter la pression fiscale, tout en maintenant les grosses masses de dépenses donne effectivement le résultat Grec : la récessi...



Nos Débats
Voir tous nos Débats

Téléchargements
Voir tous les fichiers

BlogRoll


-> Revenir à la page d'accueil



Penser et agir en politique au-delà des clivages : le projet de Générations Engagées
Catégorie(s) : Nos Débats Politique

"N'hésitez pas à cliver, les Français nous soutiennent.", déclarait N. Sarkozy à ses ministres en décembre dernier à propos du débat sur l’identité nationale. C’est F. Mitterrand qui avait fait la preuve de l’efficacité de cette méthode : d’abord on accentue les clivages, et puis on rassemble. Il paraît que Sarkozy a gagné la campagne de 2007 grâce à cela. Alors dès que ça va moins bien en Sarkozie, bah, on « clive » à tout va ! (étymologiquement, on découpe le diamant dans le sens du poil!)


La tactique politicienne, qu’elle soit de droite ou de gauche, ne convient pas aux enjeux de la crise que nous affrontons. La caricature, l’opposition forcée à gros traits de feutre, les  « éléments de langage » simplistes qui schématisent pour semer juste la dose de peur qu’il faut… ne peuvent pas valoir comme mode de gouvernance, en tout cas ne suffisent pas, à nos yeux, à dissimuler la vacuité de l’ambition vraiment politique de ceux qui nous gouvernent ou qui rêveraient de nous gouverner.


Tout cela, c’est la grande foire des petites ambitions, qui n’a de cesse de prendre à témoin « les français », « les petits, les sans-grades », « les travailleurs et ceux qui sont à la recherche d’un emploi », « les gens qui souffrent, qui ont des fins de mois difficiles » pour les incorporer sur un ton mielleux à la grande bouillie des « éléments de langage » qui constitue aujourd’hui la rhétorique politique…


Nous sommes ces français-là, ce tiers-état, cette troisième voix/voie ! C’est parce que nous croyons que « la politique [ne peut plus jamais être] comme avant » et parce que nous ne voulons plus attendre qu’on nous dise comment nous y prendre que nous avons créé Générations Engagées, laboratoire d’expérimentation citoyenne. Ici, les chemins sont différents, les cultures diffèrent, certains font des choix politiques que tous respectent car notre collaboration est fondée sur la confiance : nous savons que partageons les mêmes convictions.


Ce qui nous unit, nous, citoyens centristes, écologistes, démocrates, sociaux et humanistes, engagés en politique et/ou dans l’associatif, c’est la conviction que notre force est d’être ensemble et d’être de partout :


- pour partager nos savoirs et nos compétences et construire un projet alternatif au-dessus des clivages artificiels, au-delà des sectarismes


- pour favoriser la coopération du politique et de l’associatif entre lesquels la suspicion ou le clientélisme sont souvent de mise


- pour rapprocher la réflexion et l’action politiques du citoyen dépité par la complexité d’un système dont on lui fait comprendre qu’il le dépasse


- pour susciter la prise de conscience et l’engagement de nos contemporains qui doivent se reconnaître comme consommateurs, électeurs, acteurs du lien social et donc influents…


Aujourd’hui, le collectif prend le statut d’une association et s’ouvre à tous ceux que notre démarche intéresse.


Mais attention ! Ici, pas de recettes, pas de fiches, pas d’ « éléments de langage », pas de doctrine de parti. Pas de prérogatives, pas de privilèges, pas de folie des grandeurs. Nous sommes tous automoteurs, contributeurs, laborantins, fourmis dans l’action militante et dans la réflexion politique.


 Et il y a du travail ! Car tout reste à faire pour expérimenter la politique du XXIème siècle, celle qui fera de la troisième voix un pivot essentiel de la décision politique.


Alors, si notre challenge rejoint votre désir…


Marie-Pierre Barrière


Liens: n/a
Rédigée par Marie-Pierre B. - 13.10.2010 - 09:30
Partagez-le : 


Commentaires



Cliquez-ici pour poster un commentaire


Ordre: Sort ascending   
#2 Ecrit par JiB Demoul1 le 10.11.2011 - 21:05 quote
Partage :


bravo, d'accord pour une autre voie! Celle du milieu est souvent recommandée :)
mais, Dans Quel Monde Voulez-Vous Vivre? www.dqm3v.com

 
 
#1 Ecrit par Soulier le 11.11.2010 - 11:53 quote
Partage :


Expérimenter une autre manière de construre une autre manière de faire de la politique est bien là la troisième voix.

 
 
Votre commentaire
Nom:
Email:
Site web:
Code de sécurité
IP: 174.129.237.157
Options: • HTML activé • BBCode activé; • Smileys activés
Le dessin de Biassu

Voir tous les dessins

Dernière Vidéo
Voir toutes nos vidéos

Recherche



Articles par Auteurs


Partenaires