Newsletter
Inscrivez-vous à la Newsletter

Adresse mail:




Vos Commentaires


Nos Débats
Voir tous nos Débats

Téléchargements
Voir tous les fichiers

BlogRoll


-> Revenir à la page d'accueil



Catégorie(s) : Nos Débats Société
Liens: n/a
Rédigée par Sylvain Jutteau - 19.05.2010 - 09:00
Partagez-le : 


Commentaires



Cliquez-ici pour poster un commentaire


Ordre: Sort ascending   
#29 Ecrit par Laure le 31.07.2010 - 09:00 quote
Partage :


Ah c'est bien un mec qui a écrit ca, et le plus fort c'est qu'il travestit les faits en déclarant que la loi a permis aux hommes de pouvoir accroître le nombre de leurs "proies sexuelles" (ou un truc dans le genre), alors qu'on ne voit pas bien ce que ca change, dans le fond, pour les hommes. Il est vrai que - quoique tout mignon que vous êtes physiquement - vous ne vous faites pas siffler et alpaguer dans la rue. Je vous aurais bien vu dans les débats de 1975 vous, tiens, avec le goupillon, à la main, bien sur !!! Vade retro libertas !!

 
 
#28 Ecrit par Sylvain JUTTEAU le 27.07.2010 - 20:26 quote
Partage :


@ mi mimi

Certes, mais cela nous laisse sans réponse sur votre propre position....

 
 
#27 Ecrit par mi mimi le 19.05.2010 - 15:42 quote
Partage :


c'est plein de certitudes tout ça ,mais il y manque la sensibilité féminine.....normal,vous etes un homme !Laissez donc les femmes débattre de ce sujet,elles seules savent.....A quand le contraceptif masculin?..chic alors ...(je suis egalement contre la peine de mort,faut pas tout mélanger.)

 
 
#26 Ecrit par mi mimi le 19.05.2010 - 15:36 quote
Partage :


c'est plein de certitudes tout ça,mais vous manquez d'un peu de sensibilité féminine.........normal vous etes un homme ! vous me faites peur ! laissez donc les femmes débattre de ce sujet ...elles seules savent......(je suis également opposée à la peine de mort ..il ne faut pas tout mélanger ...)j'ai entendu parlé du futur contraceptif masculin !!! chic alors !!

 
 
#25 Ecrit par Sylvain JUTTEAU le 03.05.2010 - 20:24 quote
Partage :


Fred Descos Ecrit:

Changeons notre société: responsabilisons les hommes et les femmes aux conséquences de leurs gestes, réapprenons à unifier la vie amoureuse et la vie sexuelle, aidons vraiment les familles à élever les enfants et l'avortement se réduira de lui-même.


Bravo.

 
 
#24 Ecrit par Fred Descos le 03.05.2010 - 19:51 quote
Partage :


Le nombre bien trop élevé d'avortements est la conséquence de nos errements sexuels et affectifs; et les femmes sont souvent bien seules à en supporter les conséquences.
Faire une loi interdisant l'avortement sans rien proposer aux mères en détresse consiste à leur faire supporter seules un acte fait à deux. Les hommes s'en laveront les mains, et nous croirons (comme nous faisions semblant de croire avant 1973) qu'il n'y a pas d'avortements puisque nous ne les verrons pas et donc ne les compteront pas.
Changeons notre société: responsabilisons les hommes et les femmes aux conséquences de leurs gestes, réapprenons à unifier la vie amoureuse et la vie sexuelle, aidons vraiment les familles à élever les enfants et l'avortement se réduira de lui-même.

 
 
#23 Ecrit par Apers Sandrine le 28.04.2010 - 11:21 quote
Partage :


Je ne suis pas détentrice de la vérité, loin de moi cette prétention. Vous avez une tendance à déformer les propos des gens assez... étonnante!
Je suis simplement quelque peu choquée qu'en se permettant d'écrire sur un tel sujet (qui obligatoirement va blesser des personnes, vous le savez très bien) vous n'ayez pas pris le temps de vous informer suffisamment au préalable.

Quant à me blesser moi, je vous rassure, ce n'est pas le cas, dieu merci!

Je le redis, vous déformez les propos des gens et en cela vous n'êtes pas correct : où ai-je écrit que vous êtes un manipulateur pervers narcissique?

Vous dites sans arrêt que vous ne voulez blesser personnes, que vous seriez uniquement une personne bienveillante... vous ne faites que blesser et choquer des femmes qui lise votre article.

Quant à votre proposition : " Art. L. 162-1. Lorsque l'acte sexuel est forcé ou incestueux, lorsque que l'enfant à naitre est atteint de pathologies à conséquences mortelles, ou lorsque la survie de la mère est menacée par la grossesse, la femme enceinte peut demander à un médecin l'interruption de sa grossesse. Cette interruption ne peut être pratiquée qu'avant la fin de la dixième semaine de grossesse."

Qui va juger que l'acte sexuel est forcé ou incestueux? Nous sommes d'accord, la loi, la justice. Savez-combien de temps prend une enquête? Combien de temps il faut pour passer au tribunal? Les délais seront dépassés largement... bref, impossible à mettre en pratique.

Bien à vous.

 
 
#22 Ecrit par Sylvain JUTTEAU le 27.04.2010 - 14:56 quote
Partage :


Léa Pierson Ecrit:

(quel être ignoble serais-je pour prétendre juger sur un tel sujet...!). je vous cite [email protected] Monsieur Jutteau, J'ai lu votre proposition de texte, et j'avoue que je l'ai trouvée aberrante... Je suis moi-même déjà une victime d'inceste et de viol, et j'ai également subi deux avortements dans ma vie d'adolescente et de femme. Et quand je lis votre proposition où il faudrait que l'avortement ne soit qu'une "solution" à un acte traumatisant tel que le viol, l'inceste, vous ne prenez pas du tout en compte la vie et l'avis des femmes. C'est à elle de choisir du bien de leur corps et bien souvent les hommes excusez moi du peu mais ne se soucient guère de ces avortements, alors ne venez pas mettre les hommes en rôle de père sur le tapis. Personnellement, je me suis retrouvée enceinte sous pilule, et le traitement que je prends rendrais mon enfant malformé ou handicapé et je ne me sentais pas prête, alors dans ces cas-là, oui merci Simone Veil, l'avortement est la seule solution, quoique vous en pensiez !! Et vous osez parler d'eugénisme en parlant de liberté de la femme sur son corps, tout ça parce que vous, homme, vous ne contrôlez pas cette décision. On nous a donné la liberté de choisir pour notre bien, pour notre corps, Nous n'avons pas besoin d'un fou savant comme vous qui vient nous parler d'éradication. Et mieux vaut une femme qui se fait avorter par choix de ne pas désirer l'embryon, plutôt que de voir un enfant plus tard mal aimé, maltraité, et que sais-je encore.... Mais peut-être ne connaissez-vous rien à ce sujet non plus...? Vos propos sont ceux de quelqu'un qui ne connait au sujet, on peut le lire. De Plus, étant un homme, vous être très très mal placé pour proposer un article de loi de remplacement sur l'avortement, ne l'ayant vous même vécu, de près ou de loin. Bref, vos propos me donnent la nausée, j'avais juste envie de témoigner.


Oui, les propos d'une femme ont plus de poids que ceux d'un homme sur ce sujet. J'en suis d'accord.

Les hommes et les femmes ne sont pas égaux, et j'ajouterai qu'il ne sont pas comparables. Nous sommes d'une différence de nature et non pas d'une différence de degré. La notion d'"égalité" entre hommes et femmes procéde d'une vision moderne et quantitative qui est inacceptable à mes yeux. Cette vision "égalitaire" nie le rôle réciproque de l'homme et de la femme.

En toute chose il y a un pôle masculin et un pôle féminin, et l'un est inexistant sans l'autre. Je crois que l'on retrouvera une société plus apaisée, si l'on reprend conscience du sens profond de cette bipolarité. L'idée de "domination" de l'homme sur la femme a été à la source de cette dérive : la domination implique un rapport de force, et une vision quantitative. La réalité est plus subtile. Et pour contrecarrer ce rapport artificiel de domination, on a inventé le concept absurde d'égalité. Est-ce qu'il y a "égalité" entre le lion et l'éléphant ? Non, il y a une différence de nature.
L'idée de domination comme l'idée d'égalité sont les deux pôles d'une même perte de sens.

D'autre part, ce n'est pas à moi de juger quiconque. Ce n'est pas mon propos.

C'est cette intrusion trop forte de la sphère publique dans la sphère privée qui me paraît inacceptable. A la lecture votre message, je me dis que j'ai manqué de tact, et que j'aurais dû être plus insistant sur cette explication.

Et je vais même ajouter une chose, je crois que votre message m'y pousse. Ma propre maman avait une position favorable à l'avortement aux conditions établies par la loi Veil. Elle exerce le métier de psychologue et a travaillé dans un centre d'IVG. Sur la base de ce qu'elle a vu, éprouvé, elle a changé sa position, et est devenue plus circonspecte sur ce sujet. Elle représente bien un cas où l'application pratique de la loi Veil met face à une réalité dérangeante, déstabilisante. La réflexion et l'évolution de la pensée sont possibles.

Enfin, sur le cas précis et personnel que vous citez, je me dépêche de m'abstenir. Je ne connais rien de vos motivations, et c'est bien le cas typique où l'intrusion dans l'intimité de votre décision serait, je crois, outrageant.

 
 
#21 Ecrit par Sylvain JUTTEAU le 27.04.2010 - 14:23 quote
Partage :


Apers Sandrine Ecrit:

Cher monsieur,Comme pour l'article que vous avez écrit, vous allez un peu vite en conclusion... sous prétexte que je fais référence à trois ouvrages traitant de ce sujet, je serais directement concernée? Et par quoi? L'inceste? L'IVG?Comme pour vos écrits, vous juger hâtivement sans information valable. Je pensais que vous vous seriez au moins documenté avant d'écrire sur l'IVG ou sur l'inceste, cela aurait été la moindre des choses... voilà pourquoi je ne vous conseillerais pas un livre en particulier mais lire les trois ne vous ferait pas de mal! Voire plus!Quant à un éventuel échange par mail, non merci, cet échange-ci me suffit amplement.Un quatrième peut-être? "Les pervers narcissiques" de Jean-Charles Bouchoux... ça peut toujours être utile ;-)La prochaine fois avant d'écrire sur des sujets aussi graves...prenez votre temps.Bonne continuation.


Je cherche à repondre à votre message, et je suis pris au dépourvu. En effet, je m'intéresse au fond du sujet, et je constate que votre message consiste en une remise en cause du bien fondé de ma réflexion, complété par des attaques personnelles.

Qu'est-ce qui vous permet d'écrire que j'ai insuffisement travaillé la question, hotmis le fait que nos sources sont différentes ? Seriez-vous détentrice de la vérité ?

Qu'est-ce qui vous permet de faire allusion au fait que je serais un "pervers narcissique" ? C'est une désignation technique précise . Cette catégorisation nécessite un examen clinique plus profond que l'analyse échanges écrits sur un sujet politique, aussi brûlant que soit ce sujet. Vous le savez et vous passez outre.

Pour ma part, je suis dans le doute et suis prêt à entendre votre position, en toute sincérité. Et si mes propos vous ont blessé, j'en suis véritablement navré. Je mesure, à visage découvert, la profonde difficulté de ce débat.

 
 
#20 Ecrit par Sylvain JUTTEAU le 27.04.2010 - 12:49 quote
Partage :


N.BETRENCOURT Ecrit:

@Sylvain. Quand une femme choisit de se faire avorter ce n'est jamais de gaieté de coeur. C'est l'impossible avenir, titre du livre fort peu connu de la psychanalyste Jeanne Ghedighian-Couturier (http://www.agapa.fr/documentation/ouvrages/avortement-limpossible-avenir-j-jeanne-ghedighian-courier/ )Très bien chaque situation est unique mais on va admettre que « la situation peut échapper à une femme » (jamais à un homme!). Qui va décider pour elle que la situation lui a échappé? Une équipe pluridisciplinaire de soignants? De ville ou public? Un centre d'éthique? L'état via l'application du décret Jutteau sur les restrictions de la loi Weil? Comment sanctionner les femmes qui auront transgressé la loi révisée? Et les praticiens? Je doute fort Sylvain que les femmes vous suivent sur ce terrain. C'est effectivement le discours pro-vie qui s'est tenu lors de la proposition de la loi Weil. Heureusement qu'elle a eu gain de cause...Bien cordialement


Oui, c'est bien là la question. Faut-il sanctionner des femmes qui auraient transgressé la règle ? Faut-il ajouter du malheur au malheur ? La valeur de la vie de l'embryon a-t'elle assez de poids pour que l'on puisse imaginer une sanction à l'encontre de ceux qui l'euthanasient ?

Que de questions...!

Et le seul fait de poser ces questions déclenche une avalanche de réactions. De plus, le fait que ce soit un homme qui pose ces questions peut être difficile à supporter pour une femme, je le reconnais volontiers, et je préférerais être une femme durant le temps de ce débat.

D'ailleurs, les personnalités les plus actives dans les mouvements "pro-life" sont des femmes, et elles ont des positions plus radicales que celles que j'exprime. La personnalité la plus célèbre dans ce domaine est Sarah Pallin, qui a fait le choix de préserver la vie de l'enfant trisomique qu'elle portait. Faut-il se positionner par rapport aux ultras du mouvement pro-life ? N'est-il pas indécent de présenter sa grossesse comme un acte militant ?

Que de questions, mais la loi doit-elle répondre à tout ? Je crois que la loi n'est pas capable de traiter tout sujet. Il y a un domaine qui relève de l'intime, de la décision individuelle, des croyances, de la culture, et la loi doit être très prudente. Cette prudence me semble absente du texte actuel.

Au fond, ce qui me semble critiquable dans la loi Veil en sa rédaction actuelle, c'est qu'elle a franchi une frontière symbolique. La loi affirme que la "situation de détresse" rend légal un avortement. La règle ainsi posée légitime en pratique des avortements vus comme contraceptif tardif. La règle ainsi posée heurte les croyances de certains. La loi ainsi posée franchit la frontière entre le politique et l'intime.

C'est pourquoi la loi doit être plus restreinte, et les cas non légitimés par la loi doivent être traités avec tolérance, dans le respect des convictions intimes.

Je suis pour une loi plus restrictive, certes, et basée sur un principe de préservation de la vie si la mère a eu un rapport sexuel consenti et porte un enfant normal. Mais je ne suis pas pour l'application de dures sanctions en cas d'infraction. Tout est question de mesure.

Ce qui peut à mes yeux heurter le bon sens, c'est qu'une femme ait un rapport sexuel consenti, qu'elle porte un enfant normal, et que la collectivité non seulement légitime l'avortement mais en plus lui offre la gratuité de cet acte qualifié de médical. A mes yeux, cela est excessif.

 
 
#19 Ecrit par Léa Pierson le 27.04.2010 - 01:30 quote
Partage :


(quel être ignoble serais-je pour prétendre juger sur un tel sujet...!). je vous cite !!
@ Monsieur Jutteau,

J'ai lu votre proposition de texte, et j'avoue que je l'ai trouvée aberrante...
Je suis moi-même déjà une victime d'inceste et de viol, et j'ai également subi deux avortements dans ma vie d'adolescente et de femme.

Et quand je lis votre proposition où il faudrait que l'avortement ne soit qu'une "solution" à un acte traumatisant tel que le viol, l'inceste, vous ne prenez pas du tout en compte la vie et l'avis des femmes.

C'est à elle de choisir du bien de leur corps et bien souvent les hommes excusez moi du peu mais ne se soucient guère de ces avortements, alors ne venez pas mettre les hommes en rôle de père sur le tapis.

Personnellement, je me suis retrouvée enceinte sous pilule, et le traitement que je prends rendrais mon enfant malformé ou handicapé et je ne me sentais pas prête, alors dans ces cas-là, oui merci Simone Veil, l'avortement est la seule solution, quoique vous en pensiez !!

Et vous osez parler d'eugénisme en parlant de liberté de la femme sur son corps, tout ça parce que vous, homme, vous ne contrôlez pas cette décision.
On nous a donné la liberté de choisir pour notre bien, pour notre corps,
Nous n'avons pas besoin d'un fou savant comme vous qui vient nous parler d'éradication.
Et mieux vaut une femme qui se fait avorter par choix de ne pas désirer l'embryon, plutôt que de voir un enfant plus tard mal aimé, maltraité, et que sais-je encore....
Mais peut-être ne connaissez-vous rien à ce sujet non plus...?

Vos propos sont ceux de quelqu'un qui ne connait au sujet, on peut le lire.
De Plus, étant un homme, vous être très très mal placé pour proposer un article de loi de remplacement sur l'avortement, ne l'ayant vous même vécu, de près ou de loin.

Bref, vos propos me donnent la nausée, j'avais juste envie de témoigner.

 
 
#18 Ecrit par Apers Sandrine le 25.04.2010 - 20:26 quote
Partage :


Cher monsieur,

Comme pour l'article que vous avez écrit, vous allez un peu vite en conclusion... sous prétexte que je fais référence à trois ouvrages traitant de ce sujet, je serais directement concernée? Et par quoi? L'inceste? L'IVG?
Comme pour vos écrits, vous juger hâtivement sans information valable. Je pensais que vous vous seriez au moins documenté avant d'écrire sur l'IVG ou sur l'inceste, cela aurait été la moindre des choses... voilà pourquoi je ne vous conseillerais pas un livre en particulier mais lire les trois ne vous ferait pas de mal! Voire plus!
Quant à un éventuel échange par mail, non merci, cet échange-ci me suffit amplement.
Un quatrième peut-être? "Les pervers narcissiques" de Jean-Charles Bouchoux... ça peut toujours être utile ;-)

La prochaine fois avant d'écrire sur des sujets aussi graves...prenez votre temps.
Bonne continuation.

 
 
#17 Ecrit par republica le 25.04.2010 - 18:26 quote
Partage :


Peut-on vraiment décrire tous les cas de détresse en deux alinea ?
Prend-on vraiment une décision d'avortement comme une décision de suivre un régime ? N'en reste-t-il pas toujours quelque chose ?
Est-il vraiment un progrès de permettre à nouveau que les plus riches puissent aller se faire avorter à l'étranger alors que d'autres prendront des risques avec leur vie (et leur possible maternité future) ?
Qui peut se permettre de juger ? Moi femme je ne me le permettrais pas de me prononcer vis-à-vis d'une autre femme qui estimerait se trouver en situation de détresse.
Alors franchement, la position de Sylvain m'apparait indécente : condamner une loi du fait de ses dérives en trouvant des exemples caricaturaux. Qui peut croire en des pères plus responsables en cas de loi différente !!! Quant au racisme, peut-être se manifesterait-il avant l'acte sexuel non ?...

Un peu trop d'affirmations dans ce texte et bien peu d'humilité face à la réalité humaine.
Que celui qui sur ce sujet détient la vérité la libère et laisse chacune se débrouiller avec sa conscience et la perspective de porter un enfant en soi pendant 9 mois.
Marianne

 
 
#16 Ecrit par N.BETRENCOURT le 25.04.2010 - 17:37 quote
Partage :


@Sylvain. Quand une femme choisit de se faire avorter ce n'est jamais de gaieté de coeur. C'est l'impossible avenir, titre du livre fort peu connu de la psychanalyste Jeanne Ghedighian-Couturier (http://www.agapa.fr/documentation/ouvrages/avortement-limpossible-avenir-j-jeanne-ghedighian-courier/ )
Très bien chaque situation est unique mais on va admettre que « la situation peut échapper à une femme » (jamais à un homme!). Qui va décider pour elle que la situation lui a échappé? Une équipe pluridisciplinaire de soignants? De ville ou public?
Un centre d'éthique? L'état via l'application du décret Jutteau sur les restrictions de la loi Weil? Comment sanctionner les femmes qui auront transgressé la loi révisée? Et les praticiens?
Je doute fort Sylvain que les femmes vous suivent sur ce terrain. C'est effectivement le discours pro-vie qui s'est tenu lors de la proposition de la loi Weil. Heureusement qu'elle a eu gain de cause...
Bien cordialement

 
 
#15 Ecrit par Sylvain JUTTEAU le 25.04.2010 - 14:22 quote
Partage :


@ Nicole : Ca y est, le lien fonctionne (il devait y avoir une interruption momentannée), j'ai regardé le site de Sandrine Apers sur les abus sexuels. Difficile, très difficile à supporter. Je me suis senti mal à l'aise en naviguant sur ce site.

Pour ce qui concerne l'IVG, j'en ai retrouvé l'évocation dans la présentation générale de la technique psychothérapeutique qu'elle préconise. Je cite le passage concerné :


"...traumatismes avec un petit « t », qui passent inaperçus et peuvent être la source d’émotions ou de comportements inadaptés ou excessifs dans la vie quotidienne (enfance perturbée, séparations, fausses couches et IVG,..."

Sans interprétation de ma part, je lis que choisir l'avortement peut être un comportement inadapté ou excessif.

Ma position ne va pas jusque là, mon propos vise à recentrer l'avortement légal sur les cas où la situation échappe à la volonté de la mère. Pour faire court, je pense qu'un être vivant normal émanant d'un acte sexuel consenti ne doit pas être euthanasié. L'acceptation de cette euthanasie implique beaucoup plus que la simple réalisation de l'acte technique qui consiste à tuer un foetus. Cet acte techique a des implications sur la perception que l'on a de l'amour de la vie.

Bien au-delà des croyances et du débat éthique, c'est le coeur qui est en jeu, dans toutes ses dimensions sentimentales et symboliques.

 
 
#14 Ecrit par Kristell le 25.04.2010 - 12:16 quote
Partage :


Wouaw!!!!!
Je Pensais que l'on avançait mais au vue de ce que je viens de lire ont régresse.
AH les "bien pensants", mais que pense t'il du viol, inceste....

 
 
#13 Ecrit par N.BETRENCOURT le 25.04.2010 - 11:06 quote
Partage :


@ S.Jutteau. Le débat éthique sur "quand commence la vie" ne peut pas être traité en commentaires . Il renvoie des croyances en sus d'un fondement supposé scientifique. Il ne peut pas être formulé en commentaires et nécessiterait un article de fond. Ecrire sur le sujet en me fait pas peur mais je me garderai de l'exposer sur Générations Engagées mais plutôt sur un site d'expression médicale certifié Hon et HAS.
Maintenant que le législateur fasse ce qu'il veut! Depuis quelques temps je constate des régressions
féministes sur divers sujets. Alor son n'en est pas à une près. Terminé n ce qui me concerne sur le sujet. Bon dimanche

 
 
#12 Ecrit par N.BETRENCOURT le 25.04.2010 - 10:55 quote
Partage :


Voilà le lien vers le site de Sandrine Apers. Je viens de vérifier: il marche.
http://www.lemondeatraversunregard.org/
Renversons les rôles: vous êtes la victime de ma violence épistolaire et moi l'agresseur. Soit! Il semble que certaines femmes ne partagent pas vos propos. Mais c'est vous le politicien. Merci Mme Weil pour cette loi.
Mais continuez à vous exprimer

 
 
#11 Ecrit par Sylvain JUTTEAU le 25.04.2010 - 10:09 quote
Partage :


@ Nicole.

Le lien vers le site de Sandrine Apers indique qu'il n'existe plus... dommage.

 
 
#10 Ecrit par Sylvain JUTTEAU le 25.04.2010 - 10:06 quote
Partage :


Marie-Hélène Delteil Ecrit:

Cette loi a sauvé et sauve encore la vie de milliers de femmes, qui appartiennent, je vous le rappelle, à l'espèce humaine, elles aussi.


Qu'entendez-vous par "sauver la vie" ? Désolé, je ne sais pas s'il s'agit de la survie physique, de la préservation d'une destinée contrariée par une possible naissance, ou des deux à la fois.

D'autre part, je suis d'accord avec vous que les femmes appartiennent à l'espèce humaine, et votre présupposé selon lequel je l'aurais nié me semble inexact, et pour tout dire peu obligeant.

On peut dialoguer avec dignité sur un sujet fondamental, je crois que tout le monde en est capable.

 
 
 1 2  »
Votre commentaire
Nom:
Email:
Site web:
Code de sécurité
IP: 207.241.237.229
Options: • HTML activé • BBCode activé; • Smileys activés
Le dessin de Biassu

Voir tous les dessins

Dernière Vidéo
Voir toutes nos vidéos

Recherche



Articles par Auteurs


Partenaires